top of page
  • elemieux17

Les mythes et réalités de la commotion cérébrale

La commotion cérébrale, aussi appelée traumatisme craniocérébral léger (TCCL), est de plus en plus étudiée, particulièrement dans les sports. Elle est causée par un impact direct ou indirect à la tête et peut se manifester par différents symptômes physiques, cognitifs et/ou émotifs et peut même affecter votre sommeil. 

 

Le consensus d’Amsterdam, publié en 2023, met en évidence les dernières recherches sur les commotions cérébrales. Puisque cette blessure est l’une des plus courantes dans les sports de contact, je trouvais cela important d’informer les gens sur certains mythes l’entourant. 

 

Tout d’abord, dans un contexte sportif, si une commotion cérébrale est suspectée, il est important de retirer le joueur du jeu et de s’assurer que celui-ci est évalué par un professionnel de la santé. Prenez note que les signes et symptômes peuvent apparaître avec un délai pouvant aller jusqu’à quelques jours.

 

Également, à la suite d’une commotion cérébrale, le repos complet n’est plus recommandé. Effectivement, un repos relatif de maximum 2-3 jours est recommandé en limitant le temps d’écran. L’activité physique à basse intensité (marche et vélo stationnaire par exemple) favorise une meilleure récupération. Toutefois, elle doit être faite sans symptôme ou avec légère augmentation de ceux-ci. Avec le temps, une progression peut être faite dans l’intensité des activités, tout en respectant les symptômes. 

 

Saviez-vous que vous n’avez pas besoin de perdre connaissance ou d’avoir des nausées et/ou vomissements pour avoir une commotion cérébrale? 

 

Si vous avez subi un trauma et pensez avoir une commotion cérébrale, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec votre physiothérapeute ou à appeler à la clinique pour toute question!

31 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page